Lave tes mains - École Arc-en-ciel, Montréal

Cette fois, ce n'est pas dans la gouache que ces jeunes ont mis leurs mains, mais dans l'encre à sérigraphie! Un groupe d'élèves de l'école Arc-en-ciel de Montréal ont en effet réalisé des images de mains pour en faire une immense courtepointe, sous la supervision de leur enseignante et d'une artiste spécialisée en la matière.

Un mois d'octobre plus gouaché que jamais!

L'Association des victimes d'infections nosocomiales (ADVIN) a participé à la création de six événements (g)ouache en octobre 2012, en collaboration avec autant d'établissements de santé de la grande région de Montréal.

11 octobre : CSSS du Suroît
ADVIN a participé avec une présentation de l'association par Christine Besson, et une conférence témoignage de Claude Dumaine, dont on peut voir des extraits sur la vidéo qui suit.

 
17 octobre : CSSS de Vaudreuil-Soulanges

18 octobre : CHUM - Centre hospitalier de l'Université de Montréal

22-23 octobre : CHSLD Vigi Brossard et Vigi Montérégie

25 octobre : Hôpital Pierre-De Saurel 






























30 octobre : CHSLD Marcelle-Ferron, Brossard

L'événement (g)ouache au Salon des métiers d'art de Québec

L'événement (g)ouache se transporte cette semaine au Salon des métiers d'art de Québec, dans le Vieux-Port, du mercredi 1er au dimanche 5 août. Ce sera le troisième gros événement (g)ouache de l'été, après un passage au Projet Écosphère à Montréal en mai et au Carrefour de l'Estrie, à Sherbrooke, en avril. 

Les gens de Québec, mais aussi tous les visiteurs de passage pour les vacances, sont donc invités à venir mettre leur main dans la gouache avant de se laver les mains, pour comprendre l'importance de ce processus.

Au Pérou aussi, on se lave les mains... dans la joie!

Les étudiants de Tashta ont les mains 
bien propres! Photo : Margaux Lamy, 
SUCO (Solidarité Union Coopération)
Premier atelier réalisé par Margaux Lamy, stagiaire PSIJ au Pérou. L'atelier El lavado de las manos, avec les élèves de Pachachaca, portait sur l'hygiène et l'importance de se laver les mains. Une activité avec les mêmes objectifs que l'événement (g)ouache, avec des moyens différents!




lavetesmains.net à l'école Arc-en-ciel


Alison Hamier, enseignante à l'école Arc-en-ciel de la Commission scolaire de Montréal, accompagnée de Josée Martel, sérigraphiste, a réalisé un atelier avec des étudiants de deux classes d'art pour les sensibiliser à l'importance de se laver les mains régulièrement, intitulé lavetesmains.net. Le tout sous la supervision de Christine Besson, de l'Association des victimes d'infections nosocomiales et sous l'œil du concepteur-réalisateur de Richard Leclerc, de Publici-Terre. 

Ce projet «Enfants pour la sécurité des enfants» a été réalisé dans le cadre de la campagne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) intitulée «Patients pour la sécurité des patients».

L'événement (g)ouache de retour en 2012

Après un vif succès en 2012, l'événement (g)ouache est de retour. 

Nous serons donc présents lors de la Journée de promotion des OBNL au Marché Bonsecours dans le Vieux-Montréal, à la foire Projet Écosphère, au Technopôle Angus à Montréal, les 19 et 20 mai, au Salon Plein Art, à Québec, du 2 au 4 août.

Nous ferons aussi une tournée d'hôpitaux, la Journée Mondiale de l’hygiène des mains avec l’Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie, au Colloque régional des Comités d’usagers de Montréal Montérégie, lors de la Semaine de la sécurité des patients, au CSSS de Montérégie et au CHUM, Sainte-Justine.
D'autres peuvent encore s'ajouter... tout dépendra de l'apport de nouveaux partenaires qui pourraient nous aider à financer les frais de tournée.

Commentaire de Christine Besson, publié dans la page Web de Maisonneuve en direct

Image d'archives
Visitez la page Web de Maisonneuve en direct du mercredi 7 décembre pour en savoir plus sur le sujet du jour en cliquant ici :

Le registre sur les accidents médicaux au Québec

Bonjour,
Je vous écris au nom de l'ADVIN, Association des Victimes d'Infections Nosocomiales. Nous considérons que ce registre est une avancée majeure dans la transparence et donne les outils nécessaires pour mettre en place les mesures permettant d'éviter ces événements indésirables le mieux possible. On ne peut pas gérer ce que l'on ne connaît pas.
Il est toutefois très regrettable que le nombre des infections nosocomiales ne soient pas déclarées et publiées au même titre que les incidentes et accidents médicaux. C'était pourtant prévu dans l'esprit de la loi 113 sur la Sécurité des Patients. Notre association a signalé cette lacune à la Protectrice du Citoyen et au ministère mais sans résultat. C'était aussi une des demandes principales du rapport Aucouin (sur le prévention des infections nosocomiales) en avril 2005 sur le droit du public a connaître la qualité sécuritaires des soins de chaque établissement. Sans la déclaration obligatoire de toutes les infections nosocomiales, il est impossible de gérer avec efficacité un risque de cette importance. L'augmentation des bactéries multi-résistantes
Rappelons qu'on estime qu'un patient sur 10 hospitalisé va contracter une infection associée aux soins, soit environ 90 000 patient/an, 4000 décès. La France a 9000 décès par an dont la moitié directement attribuable à une infection nosocomiales pour 64 millions d'habitants et 1 patient sur 20 touché par une IN.
La plupart de ces infections sont évitables et les mesures de prévention sont connues.


Christine Besson